Accueil     Accueil du Régiment Histoire du Régiment
Annotations complémentaires
Marsal
 
Les Filles du Roy
Filles à Marier Régiment à Fort Barraux Index du Régiment
 
Les Potins du Régiments
 
Actes Soldats Régiment
 
Louis XIV et
La N. France

 
Louis XIV La Guerre de 7 ans Le 47ème Régiment d' Infanterie
Ce régiment semble bien être l' héritier du Régiment de Carignan-Salières.
 Régiment de Lorraine Régiment de Monsieur INDEX MARIAGES FILLES DU ROY
Baron de St Castin Biographie Abbadie/Maslacq
Biographie Bertrand II d' Abbadie Biographie Jean-Pierre d' Abbadie Johan von Balthasar de Gachéo  
 
Navires
du Régiment

 
Etat-major
 
Cie 
Berthier
Cie
La Brisardière

 
Cie
La Colonelle

 
Cie
Contrecœur

 
Cie 
Dugué

 
Cie
La Durantaye

 
Cie
Dupras

 
Cie
de Chambly
Cie
La Fouille
Cie
La Frédière

 
Cie 
Froment

 
Cie
Grandfontaine
Cie
Laubias
  Cie
Monteil

 
Cie
Maximy

 
Cie
La Motte

 
Cie Naurois Cie
Louis Petit
Cie  Rougemont
 
Cie de Saurel
 
Cie
Salières

 
 Cie
St-Ours
Cie
La Tour
Cie
de Varenne
s

 

Gardes
de Tracy

 

 

Ce don servira à pourvoir aux frais inhérents au site:
frais d'hébergement, de logistique et de recherches
Même le plus petit don est le bienvenu
Merci à vous.

Convertisseur de devises
http://www.frizou.org/trucs/convertisseur-devises.html
 

 
                                                                                                                                                           Mise à Jour du 8 juin 2017

Compagnie la Varenne


 Régiment de la Reine  

A bord du navire " Le Justice"
Départ de la Rochelle le 24/05/1665, arrivée à Québec le 14/09/1665
Selon le Viateur Boulet/  Bosher.


Lorsqu'il y a ce sigle, c'est un ancêtre de Jocelyne Nicol-Quillivic

Haut de page

Noms et Prénoms Surnoms Grades

Annotations  de Gérald Ménard
 Annotations de Bernard Quillivic

Resté en Nouvelle-France après 1668
Roger
de BONNEAU
de la Varenne
  Capitaine

En poste sans compagnie à Amiens, il reçoit ordre du Roy de se rendre à Rennes afin d' y former une compagnie et de rejoindre Oléron et l' ile de Ré en but de partir avec le régiment de Carignan-Salière, en Nouvelle France, le Roi devra le menacer de lui couper les vivres pour qu' enfin il obéisse.
 

ROGER de BONNEAU de La VARENNE : Capitaine
Baptisé le 11 janvier 1636 à Cérilly en Bourbonnais, fils de Jehan Bonneau, écuyer, seigneur de La Varenne, de Montréal et de Fayrenault et de Jeanne de Peuroux.  Il vient au pays en tant que capitaine.  Nous n’avons pas beaucoup d’informations sur lui.  Après s’être rendu au Richelieu pour y bâtir le fort Sainte-Thérése, sa compagnie est envoyée à Montréal pour son cantonnement d’hiver 1665-1666. 

Durant cet hiver, quelques soldats de sa compagnie sont inhumés à Montréal.  En janvier et février 1666, il participe à l’expédition contre les Iroquois avec le sieur de Courcelle.  En revenant à Montréal le 11 mars 1666, il fait part au sieur de Salière, que sans l’aide des Algonquins, plusieurs seraient morts de froid et de faim.  René Gauthier de Varennes n’a aucun lien de parenté avec lui.  Il aurait regagné la France en 1668. 

C’est à Saint-Georges de Bourbon l’Archambault que le 19 mars 1675, qu’il épouse Claude Loyseau, fille d’un conseiller et procureur du roi.  Cette dernière décède vers 1679.  Voir acte de mariage

En seconde noces, Roger de Bonneau épouse Anne du Carlier qui décède en juillet 1680.  De ces deux mariages, quatre enfants y sont nés.  Au moment de son décède avant 1709, il était major au régiment du Bourbonnais-Infanterie.

Enfants issus des deux mariages :
1)Gilbert de Bonneau écuyer, sieur de La Varenne, aide-major des Gardes-françaises marié à Marie-Thérèse de Tissandier
2)Marguerite de Bonneau : (fille d'Anne du Carlier) elle épouse 27/11/1700 Blaise de La Roche, écuyer, seigneur de La Roche des Fontaines qui était veuf d'Elisabeth Roque. Les armes de Marguerite de Bonneau sont : fascé de six pièces ondées d'argent et d'azur. Elle aura 4 enfants : Claude de La Roche, chevalier, seigneur de La Roche des Fontaines et de Véna, Gilbert De La Roche, sert dans la cie des gentilshommes de la citadelle de Strasbourg, sans cesdendance, N, mort au séminaire et une fille qui fut supérieure au couvent des Ursulines de Montluçon.
3)
4)

(Jetté, p.128; DBC, vol.6, p.587; Sulte, Le Régiment de Carignan p.85 ; R.M. Le régiment de Carignan, p.72; Langlois, p.237 ; Nobiliaire universel de France vol 19, page 253-254; Noms  féodaux et noms de ceux qui ont tenu fiefs en France volume 1 par Pierre-Louis-Joseph de Bétancourt )
 

 non
Robert
 GRANGES
(des)
  Lieutenant Avant L' embarquement, il était Lieutenant de la compagnie Duprat, mais une mésentente entre le Sieur de Rouserel et son Capitaine Roger de Bonneau de la Varenne a obligé ce transfert.
 

ROBERT des GRANGES : Lieutenant
Monsieur des Granges était en premier lieu, lieutenant de la compagnie Duprat au moment où le régiment s’apprêtait à venir en Nouvelle-France. Le sieur de Rouserel, qui ne s'entendait pas bien avec son capitaine, céda, à la demande de Monsieur de Salières en date du 28 février 1665, sa place à Monsieur des Granges comme lieutenant de la compagnie de Varennes. Il fait peu parler de lui.  Son nom est mentionné au procès de Paul Beaugendre en 1667.  Nous n’entendons plus parlé de lui par la suite.  Probablement retourné en France en 1668.
( R.M. Le régiment de Carignan, p.72; B.R.H. 1922, p.233; Doc. jud., du 15 septembre 1667; Langlois, p.297)
 

 non
M
de BASSIGNY
       non
SAINT-DENIS de Besne    

SAINT-DENIS de BESNE : Non identifié
Il assiste à l’abjuration de Jean Foucher, soldat de la compagnie, le 21 septembre 1666 à Montréal.
(Langlois, p.460)
 

non
Antoine 
BARROIS
  Chirurgien

ANTOINE BARROIS; Chirurgien
Fils de Jean Barrois, maître chirurgien et de Marie Tournel de Saint-Nicolas-du-Château, ville, arrondissement et évêché de Bourges en Berry à l'époque car en 1793, la commune adopte le nom révolutionnaire de Chantelle.Elle est désormais dans le département de l'Allier en Auvergne.
Il reçoit le scapulaire du Mont-Carmel à Québec le 23 septembre 1665.  Après la démobilisation des troupes en 1668, il gagne la région de Montréal. De 1771 à 1783 il est résident de la paroisse  de Laprairie, dans le fort de Laprairie-Madeleine. Il est parrain de  l' enfant Antoine Boyer qui fut le deuxième baptisé de cette paroisse le 10 avril 1671.

Il prend pour épouse à Montréal le 12 janvier 1672, Anne Leber (Cont. 11, Not. Basset), fille de François Leber et de Françoise Lefrançois de Notre-Dame de Pîtres, diocèse de Rouen, Normandie. Voir acte de mariage 

Après son mariage, il se fixe à Laprairie, où naîtront ses enfants entre 1672 et 1683.  Au recensement de 1681, on le dit chirurgien, avait 40 ans, son épouse en avait 22.  Il possédait un fusil, 7 bêtes à cornes et 12 arpents de terre en valeur.
En 1681, il a 5 enfants :
Philippe 13/09/1672, Catherine 26/05/1674, François 09/03/1676, Charles 03/05/1678, Marie-Anne 01/01/1680, tous nés à Laprairie.

Le 16 novembre 1682, Antoine Barrois, maître-chirurgien et son épouse Anne Le Ber vendent à Etienne Bizallou devant le notaire Maugue, leur terre située à Laprairie-de-la-Madeleine sur la petite rivière Saint-Jacques.

 Le 29 juillet 1683, il est parrain de Jeanne Gagnier à Laprairie.  C’est la dernière mention de sa présence au pays.  Peu de temps après, il part avec sa famille pour la Nouvelle-Hollande (aujourd'hui New-York) où il décède vers1687 en Nouvelle-Hollande.
 

(7 enfants)
1)
Philippe BARROIS: baptisé 13/09/1672 Laprairie
2)
Catherine BARROIS: baptisée 26/05/1674 Laprairie
3)
François BARROIS: baptisé  09/03/1676 Laprairie
4) Charles BARROIS: baptisé  03/05/1678
Laprairie
5) Marie-Anne BARROIS: baptisée  01/01/1680
Laprairie
6) Antoine
BARROIS : baptisé 16/01/1683 Laprairie et rebaptisé 26/071699 à Laprairie
7) Jean-Baptiste
BARROIS : à New-York Etats-Unis ; il se marie avec Marie-Madeleine Cardinal 30/03/1717 à Montréal. Il est notaire royal. Il aura 4 enfants tous nommés BARROIS.
 
Devenue veuve, Anne Leber épouse en secondes noces au même endroit le 20 décembre 1689 Albany, New-York, Etats-Unis Hélibrard Lootman dit Albrin fils de Witsje Hilbrants et Jan Lootman. Hélibrard est baptisé "protestant" le
14 avril 1660 à New Amsterdam, New-York, États-Unis.
Il fut baptisé à Montréal le 8 novembre 1699 car il était auparavant protestant. (3 enfants)

1) François ALBRIN : né à New-York Etats-Unis et baptisé 26/07/1699 Laprairie
2) Antoine ABRIN : né en pays "flamand selon Tanguay, et baptisé le 26/07/1699 Laprairie
3) Pierre ALBRIN : né en décembre 1698 en pays flamand et baptisé
le 26/07/1699 Laprairie
 

Après le décès de son second mari, il semblerait qu'Anne Le Ber se serait remariée une troisième fois à François Painsonneau dit Lafleur. En effet le 21 juillet 1712 à Laprairie lors du mariage de Jacques Lafleur à Marie Bourassa, il est signifié qu'Anne Leber est
la mère du marié et que François Painsonneau dit Lafleur en est le père. Le père et la mère étaient vivants mais absents de la cérémonie. Au moins un enfant issu de cette union :
1) Jacques LAFLEUR : mariage le 21/07/1712 Laprairie avec Marie Bourassa.

(Tanguay, vol.1, p.27; Jetté, p.53, 744; Drouin, vol.1, p.54; Sulte, Hist.5, p. (Laprairie);  Langlois, p.217-218; La médecine en Nouvelle-France : Les Chirurgiens de Montréal 1642-1760, page 108,
 Par Marcel J. Rheault )
 

 
Claude
GALOPE
  Chirurgien

CLAUDE GALOPE : Chirurgien
C’est sur une pièce judiciaire que l’on relève son nom en 1666 à Montréal.  Le 5 mars 1667, il fait l’enquête et la vérification du décès de François Poisson ramené sur une traîne « mort gelé » par son compagnon de chasse Charles Des Moignoux.  Il est présent à Québec le 28 août 1667 en tant que témoin à un engagement entre Jean Petit et Étienne Bouchard de Montréal.  N’entendons plus parlé de lui par la suite, cela nous porte à croire qu’il serait retourné en France dès 1667.
(Doc. Jud. 5 mars 1667 ; Reg. De Montréal 31 mai 1667 ; R.M. Le régiment de Carignan, p.111; Langlois, p.342)
 

 
 Charles  BOUSSINY   Cadet

Boussiny, sieur de Montréo, Charles :
 Nous ne connaissons pas son lieu d’origine ni sa filiation.  En mai 1666, il est confirmé à Montréal.  Le 4 janvier 1667, il est témoin à un contrat devant le notaire Rageot.  Quelques mois plus tard de la même année, Boussiny est mêlé à une saisie d’eau-de-vie avec les amérindiens.  Il repasse en France avec Tracy à l’automne 1667. Pourrait-il être un des gardes de ce dernier?
(Langlois, p.242)
 

non
Gilbert 
ROUX
  Cadet

Roux, Gilbert : Cadet
Tout ce que nous savons de lui, c’est qu’il était témoin au contrat de mariage de Gilbert Guillemin et de Marie Demu passé devant le notaire Basset en date du 22 janvier 1668.  Probablement retourné en France à l’automne de la même année.(Langlois, p.457)
 

non
Jean 
BEAUNE
La Franchise Soldat

Beaune dit Lafranchise, Jean :
 Né vers 1633 de Gilbert Beaune et de Jeanne Duron ou Daron, de Saint-Claude de Bellenaves, arrondissement de Montluçon, archevêché de Bourges (Allier).  
Le 20 septembre 1665, il reçoit le scapulaire du Mont-Carmel à Québec. Par la suite, il fut confirmé le 2 juin 1666 à Sorel. 

Il prend pour épouse en date du 22 août 1667 à Québec (Cont. 24 juillet 1667, Not. G.Rageot), Marie-Madeleine Bourgery, baptisée le 22 juillet 1652 à Trois-Rivières. Elle était la fille de Jean-Baptiste Bourgery et de Marie Legendre, originaire de Saint-Nicolas de La Rochelle en Aunis.  Pierre de Saurel écuyer et Roger de Bonneau, capitaine de la compagnie La Varennes étaient présents au contrat de mariage. L'acte de mariage est introuvable car les actes sont manquants pour les années 1636 à 1654.

Avant son mariage, Madeleine Bourgery avait été captive chez les Iroquois pendant plusieurs années et ramenée à Québec en 1666 par les soldats de Carignan.  
Après vingt ans de vie commune, Jean Beaune  meurt d'une mort subite à Lachine le 24 janvier 1687 et non 1637 pour Tanguay.  Il fut inhumé le lendemain. Dans son acte de sépulture il est inscrit qu'il était paralytique d'un tout un côté depuis des années.
Acte de sépulture
 
Ménage établi à Lachine.  (8 enfants). 

Devenue veuve, elle se remarie avec Jacques Chasle dit Duhamel, en date du 2 décembre 1689 à Lachine.  Il était le fils d'Étienne Chasle et d'Esther Desmaret, de Quequenonville (Tanguay), ou d'Écoqueneauville (Jetté), arrondissement de Cherbourg, évêché de Coutance en Normandie (Manche).  La commune est Equeurdreville Hainneville 50120 Manche maintenant juste à quelques kilomètres de Cherbourg.
Ménage établi à Lachine.  (3 enfants)
 
(Tanguay vol.1, p.34, 79, 122; Jetté, p.70, 152, 238; Drouin, vol.1, p.169; Sulte, Hist., vol.5, p.70 (2); Reg. de Québec 22 août 1667; DBAQ, t1, p.139; Langlois, p.222-223)
 

 oui
Charles
Des MAIGNOUX
Sieur de Laleu
  Soldat

Des Maignoux, sieur de Laleu, Charles :
Originaire de l’évêché de Bourges en Berry. 

Il reçoit le scapulaire du Mont-Carmel le 21 septembre 1665 à Québec.  Il est confirmé trois jours plus tard soit le 24 septembre au même endroit, à l’âge de 18 ans.  Il nous est connu par deux autres documents, soit celui du 5 mars 1667 en ramenant le corps de François Poisson suite à une expédition de chasse avec lui, « gelé sur une traîne ».  Quelques mois plus tard en date du 21 juin, il est témoin et signe sur une obligation envers deux de ses compagnons d’armes, soit Jean Duceau dit Baron envers Gabriel Fournier dit Laverdure.
(Doc. Jud. 5 mars 1667 ; Basset 21 juin 1667 ; Reg. De Montréal 31 mai 1667 ; R.M. Le régiment de Carignan p.110; Langlois, p.298)
 

non
Jean
DUCEAU /
Dussault
Baron Soldat

Duceau dit Baron, Jean :
 (Dussault pour R.M.) Originaire de Cenneville en Bourbonnais. Il reçoit le scapulaire du Mont-Carmel le 19 septembre 1665 à Québec.  Il passe une obligation de 75 livres envers Gabriel Fournier dit Laverdure devant le notaire Basset en date du 21 juin 1667, à être remboursable d’ici deux ans au village de Cenneville en Bourbonnais où demeure ses parents.  Il s’était acheté une terre en juillet 1671 à Lachine qu’il revend le 29 novembre de la même année.  Nous perdons sa trace par la suite.
(R.M., Le régiment de Carignan, p.100; Basset 21 juin 1667; Langlois, p.306)
 

oui
Charles  DUCHESNE La Rivière Soldat    oui
Claude 
DUPARC
Lavau Soldat

Duparc, Claude :  Arrivé le 17 août 1665.
On le dit âgé de 20 ans, quand il fut tué par les Iroquois le 08/06/1666 à Ville-Marie.  Inhumé à Montréal le 8 juin 1666. 
Acte de sépulture
(Jetté, p.385 ; R.M. Le régiment de Carignan, p.79; Langlois, p.316)
( Iroquoisie 1666-1687, p.14)

 

Tué
Jean 
FAGUERET
Petit Bois Soldat

Fagueret dit Petitbois, Jean :
 D’origine inconnue. 
Il reçoit le scapulaire du Mont-Carmel le 21 septembre 1665 à Québec. 
En 1668, à la démobilisation des troupes, il reste au pays et s’établit à Lachine. 
Au recensement de 1681, il travaille comme domestique chez Pierre Gauthier.  Il est présent à Lachine au mariage de Mathias Chatouteau et d’Anne Mouflet le 13 juillet 1682.  Le 18 juillet 1684, lorsque le sieur de Denonville lui donne l’ordre d’aller en guerre, il fait don de sa terre en cas de mort à Pierre Gauthier.

Tué par les Iroquois le 5 août 1689, et inhumé le 29 octobre 1694 à Lachine.  Pour Jetté, probablement une erreur de frappe nous donne, inhumé en 1684.
Acte de sépulture
 
(Tanguay, vol.1, p.227, 479, 120, note au bas de la page; Jetté, p.411; Reg. de Lachine, 28 octobre 1694; R.M. Le régiment de Carignan, p.100; Langlois, p.325)
 

 non
Mathieu 
F
AYE

La Fayette Soldat

Faye ou Faille dit La Fayette, Mathieu : Né vers 1641 de Claude Faye et de Marie Sulier, de Saint-Jean-d'Aubrigoux, 43500, Haute-Loire, Auvergne.
Arrondissement de Le Puy, évêché de Clermont en Auvergne (Haute-Loire).
Il est confirmé en mai 1666 à Montréal. 
À la démobilisation des troupes en 1668. il reste au pays.
 
Il prend pour épouse en date du 30 septembre 1670 à Montréal (Cont. du 27 septembre 1670, sous seing privé, à Montréal), Marguerite-Françoise Moreau, fille de feu François Moreau et de Françoise Gardien, de la paroisse Saint-Sulpice, faubourg Saint-Germain, 6ème arrondissement de Paris.
 
Au recensement de 1681, Ils sont inscrit dans "La Pairie de la Magdelaine", Mathieu a 40ans, Marguerite 26ans, ils ont 4 enfants, Marguerite 8ans, Marie 6ans, André 4ans, Jean 1an. Ils possèdent 1 fusil, 8 bêtes à cornes, et ont 8 arpents de terre en valeur.
Le 4 septembre 1690, lui et sa femme sont fait prisonnier par les Iroquois et gardé en captivité. 
N’ayant plus de nouvelles d’eux et les croyant mort, le notaire Adhémar procède, le 8 octobre 1693, à l’inventaire de leurs biens. 
Quelques temps après cette inventaire, le couple Faye / Moreau réapparaisse de leur captivité. 
 
Deux ans plus tard, Mathieu Faye est
tué dans une embuscade tendu par les Iroquois en même temps que son fils André, le 29 août 1695 à La Prairie, de La Madeleine. Canada.
il est inhumé avec son fils André le
29 août 1695 à Laprairie.(Acte de sépulture signé par le curé L. Geoffroy) Acte de sépulture

Ménage établi au même endroit. 10 enfants. 
1) Anne : baptisée 22/09/1672 Laprairie
2)
Marguerite :  21/03/1674, décédée le 15/06/1721 et sépulture le 16 Boucherville, épousera Bénard Joseph de Lavignon.
3) Marie : baptisée le 25/03/1676 Laprairie, inhumée le 14/06/1700 Laprairie, épousera Roy Pierre.
4) André :  baptisé le 16/07/1678 Laprairie, tué par les Iroquois le 29/08/1695, inhumé le 29/08/1695 à Laprairie.(Tué par les Iroquois avec son Père)
5) Jean : baptisé 17/09/1680 Laprairie, sépulture 30/09/1684 Laprairie
6) Marie-Angélique : baptisée le 05/01/1683 Laprairie, sépulture le 02/09/1731 Laprairie, épousera Roy Pierre.
7) Jeanne : née le 21/08/1684, baptisée le 22/08/1684 Laprairie,  décédée le 26/11/1755 Laprairie, épousera Rougier Antoine-François.
8) Marie-Anne : née le 11/09/1686 et baptisée le 12/09/1686 Laprairie, inhumée 05/09/1689 Laprairie
9) François : baptisé le 29/03/1689 Laprairie, inhumé 03/09/1689 Laprairie
10) Marie-Élisabeth : baptisée le 11/07/1695 Laprairie
, épousera Pierre Côme.
Voir acte de mariage

Devenue veuve, elle se remarie en date du 21 novembre 1696 à Laprairie (Cont. 7 novembre 1696, Not. Adhémar), avec Jean Lefort ou Lesort, né vers 1669, d'Isaac et d'Anne Tibaud, de Saint-Jean- d'Angely, évêché de Saintes en Saintonge (Charente-Maritime). 
Marguerite-Françoise Moreau décède le 16 et inhumée le 17 octobre 1718 à Laprairie, des suites d'une longue maladie. 
Ménage établi à Laprairie.  (2 enfants). 
1)-Jean, né le 20/07/1697, décédé le 26/06/1760, épousera Favreau Marguerite.
2)-Pierre né en 1699.

Lefort ou Lesort se remarie en date du 14 août 1719 à Boucherville (Cont. 7 août 1719, Not. Taillandier), avec Marguerite Bourgery, née le 31 janvier et baptisée le 3 février 1681 à Boucherville. Elle était la fille de Pierre Bourgery et de Marie Boutard.
 
Ménage établi à Boucherville.  (1 enfants).
1)-Marie-Josèphe, née le16/03/1723, décédée le 23/08/1802, épousera Deneau Jean-Baptiste.

(Tanguay vol.1, p.229, 388; Jetté, p.415, 694, 152; Drouin, vol.1, p.480, vol.2, p.813; Dumas, p.295-96; Landry, p.350; Sulte, Hist., vol.5, p.71(1);  Basset 17 septembre 1667; DBAQ, t2, p.222-223; Langlois, p.326-327) Iroquoisie Tome4, p.212. )
La Prairie en Nouvelle-France-1647/1760. Etude d'histoire sociale par Louis Lavallée, p. 207.
 

 oui
Jean 
FOUCHÉ
  Soldat

Fouché, Jean :
Né vers 1644 à Jemausac en Saintonge.  Il abjure le calvinisme à l’âge de vingt-deux ans le 21 septembre 1666 à Montréal, en présence de Monsieur Du Gué commandant et de monsieur de St-Denis de Besne, officier de la dite compagnie.  Jeanne Mance était parmis les signataires.  Semble être repassé en France en 1668.
(Langlois, p.338)
 

non
Gabriel  FOURNIER La Verdure Soldat

Fournier dit La Verdure, Gabriel :
(R.M. Le régiment de Carignan, p.100; Basset 21 juin 1667; Langlois, p.339)
 

 oui
Gilbert 
GENIN
Lamontagne Soldat

Genin dit Lamontagne, Gilbert :
Originaire de Bourges en Berry, il est confirmé le 24 septembre 1665 et reçois le scapulaire du Mont Carmel le même jour.  Son nom ne figure pas au recensement de 1681.  Habitant de Longueuil, il est appelé à aller à la guerre, le 23 juillet 1684, et fait don de tous ses biens, en cas de mort, à Marguerite Lafayette.  Nous perdons sa trace après 1686.
(Langlois, p.349)
 

oui
Antoine
Le GROS
La Violette Soldat Le Gros dit La Violette, Antoine :
Né vers 1640 de Jean Gros et de Marguerite Aupy, de la Paroisse Saint-François de Bourbonne-les-Bains ( 52400 ), évêché de Langres ( 52200 ) en Champagne (Haute-Marne) pour Jetté. 

Il prend pour épouse en date du 9 septembre 1670 à Québec (Cont. 1er septembre 1670, Not. Becquet), Jacqueline Aubry, baptisé le 15 mars 1642, fille de Marin Aubry et d'Anne Le Roux, de Saint-Pierre-du-Château, évêché de Sées, arrondissement d'Alençon en Normandie (Orne).  Voir acte de mariage
Cette fille du roi, apporte des biens estimés à 200 livres et un don royal de 50 livres.
 
On le nomme Grous au recensement de 1681.
Antoine Gros décède à Lachine et inhumé le 23 septembre 1687.
Acte de sépulture
  
Ménage établi à Lachine.  (6 enfants).
1)-Marie-Thérèse: 03/09/1671 + 02/02/1688
2)-Jean-Baptiste: 20/12/1673 + 18/05/1765
3)-Simon: 14/07/1676
4)-Nicolas: 22/11/1678 + 26/12/1720
5)-Marie-Anne: 23/06/1681 + 08/04/1761
6)-Catherine-Louise: 17/11/1683  +22/12/1719
 

Devenue veuve, Jacqueline Aubry se remarie le 22 mars 1689 à Lachine (Cont. 22 mars 1689, Not. Pothier), avec Guillaume Denoyon, né le 19 octobre 1640 à Saint-Pierre-du-Chastel, dans la ville et archevêché de Rouen en Normandie (Seine-Maritime). 
Il était le fils de Jean Denoyon, maître taillandier et de Jeanne Franchart ou Francfort.
 
Jacqueline Aubry décède le 22 et inhumée le 23 janvier 1702 à Montréal. 
Son deuxième mari, Guillaume Denoyon, décède à Lachine et inhumé à Montréal le 10 juillet 1704. 
Ménage établi à Lachine. (Aucun enfant). 

Tanguay fait passer Guillaume Denoyon pour le fils de Jean Denoyon et de Marie Chauvin.  Ce Jean n'est pas son père, mais son frère. 
(Tanguay, vol.1, p.285, 182; Jetté, p.531, 335-36; Drouin, vol.2, p.819, vol.1, p.382Dumas, p.173; Landry, p.272; Sulte, Hist., vol.5, p.69(3); R.M. Le régiment de Carignan, p.100; Reg. de Montréal 31 mai 1667; DBAQ, t.2, p.400; Langlois, p.389-390) (Les Filles du Roy ;Migrations)
 
 oui
Jean-Antoine
JUCHEREAU
 
 
Sallebrune Soldat Juchereau  Jean-Antoine
Né vers 1640 en la paroisse Saint-Etienne de la ville de Bourges, 18000, Cher, Centre.(Berry)


Mariage le 10/09/1691 avec Anne Charlotte Petit en la paroisse St Pierre de l' Ile d' Orléans. Réside ensuite à Québec.
Voir acte de mariage
Anne-Charlotte est née vers 1652. Elle a été mariée avec
Joachim Martin avec lequel elle a eu 8 enfants, puis avec Jean-Paul Maheu.
Il décède le 03/05/1699, âgé de 59ans, à l' Hôtel-Dieu de Québec.
Elle décède le 02/03/1736, âgée de 84 ans à St Augustin.
Couple
sans enfant

Source: Marcel Fournier et PRDH
 

 
Jean 
MAGNAN
L'Espérance Soldat

Magnan dit L'Espérance, Jean :
Né vers 1640 de Pierre et Denise Amiot, de  Dun-sur-Auron, arrondissement de Saint-Amand-Montrond, archevêché de Bourges en Berry (Cher) pour Jetté.
Il est confirmé en mai 1666 à Montréal.  À la démobilisation des troupes à l’automne 1668, il décide de rester au pays.  Il pratique alors, le métier de boulanger et de cabaretier.

Il prend pour épouse en date du 19 mars 1672 à Montréal (Cont. 9 mars 1672, Not. Basset, Marie Moitié, fille de Charles Moitié, maître maçon, et de Nicole Chaise, de la paroisse Saint-Sulpice, rue du Four, ville et archevêché de Paris en Île-de-France. 
Voir acte de mariage

Elle apporte des biens estimés à 200 livres.  Selon Dumas, les parents de cette fille, n'auraient jamais vécu en Nouvelle-France, contrairement à ce que Tanguay peut écrire à ce sujet. 

Au recensement de 1681, il réside à Laprairie, et possède un fusil, deux bêtes à cornes et six arpents de terre en valeur.  Le 12 avril 1692, son épouse est soupçonnée de recel et tous les deux, sont arrêté.  Deux jours plus tard, on dresse le procès-verbal des objets volés au magasin du roi et trouvés chez lui.  Il paraît que les objets volés, ont été déposés chez lui, mais que c’est Christophe Godefroy qui les aurait dérobés.
Jean Magnan, décède vers la mi-janvier 1693 d’après l’inventaire des biens réalisé par le notaire Adhémar le 17 mars 1694.
 
Ménage établi à Laprairie et Montréal.  (8 enfants). 
 
1) Marie-Madeleine : baptisée 12/05/1673 Montréal, sépulture le 27/06/1678 Montréal
2) Louise : baptisée 08/10/1675 Laprairie, sépulture 17/11/1740 Montréal
3) Marie-Anne :baptisée 07/12/1677 Montréal
4) Joseph : baptisée 12/11/1679 Laprairie
5) Jean-Antoine : baptisé 24/09/1682 Laprairie
6) Catherine : baptisée 01/10/1684 Laprairie, sépulture 03/11/1744 Montréal
7) Marguerite :baptisée 28/04/1686 Laprairie, sépulture 31/07/1688 Montréal
8) Pierre-Silvain : baptisé 29/07/1688 Montréal


Devenue veuve, elle épouse en seconde noces en date du 9 octobre 1700 à Montréal (Cont. 8 octobre 1700, Not. Adhémar), Pierre Chesne dit Saint-Onge, tailleur d'habits établi à Longueuil, veuf d'un premier mariage avec Louise-Jeanne Bailly, en date du 29 novembre 1676 à Montréal (Cont. 22 novembre 1676, Not. Basset). 
Ce couple avait eu 7 enfants de ce mariage.  Il était le fils de Jean Chesne et d'Anne Claveleau, de Reignac près de Barbezieux, arrondissement de Cognac, évêché de Saintes en Saintonge (Charente-Maritime). 

Marie Moitié décède le 30 décembre 1727 à Montréal.  Son deuxième mari décède le 17 et inhumé le 8 mai 1730 à Montréal.  Ménage établi au même endroit.  (Aucun enfant)

(Tanguay, le dit marié en 1662, il faut lire 1672, vol.1, p.402, et 125;  Jetté, p.751, 245;  Drouin, vol.2, p.879, vol.1, p.268; Dumas, p.300-301;  Landry, p.349;  Sulte, Hist., vol.5, p.71(2); DBAQ, t.3, p.336-337; Langlois, p.401)

 

oui
Louis 
MARIE
Ste Marie Soldat

Marie dit Sainte-Marie, Louis :
Né vers 1634, de Louis Marie et de Marguerite Peigné, de la paroisse Saint-Symphorien, ville et archevêché de Tours en Touraine (Indre-et-Loire).
Il reçoit le scapulaire du Mont-Carmel le 10 octobre 1665 à Québec.  Après avoir été travaillé à la construction de fort Sainte-Thérése sur les bords du Richelieu, sa compagnie est envoyée en garnison à Montréal, pour y demeurer jusqu’en 1668.  Il reste au pays après la démobilisation.
Il prend pour épouse en date du 31 mai 1667 à Montréal (Cont. 21 mai 1667, Not. Basset), Mathurine Goard, fille de Gilles et de Catherine Léger, de la paroisse Saint-Sulpice, faubourg Saint-Germain-des-Prés, Paris. Voir acte de mariage

Elle est recensée à Montréal en 1667 comme "fille à marier" habitant avec les Filles de la Congrégation.
Mais elle est arrivée en 1666 avec les Filles du Roi. N' étant pas encore mariée lors du passage du recenseur il la note donc comme fille à mariée.

Au recensement de 1681, il habite Montréal et possède une bête à cornes et cinq arpents de terre en valeur. Louis a 47 ans et sa femme Mathurine a 30 ans. Leurs enfants : Catherine, 12 ans Antoine, 10 ans  François, 8 ans Angélique, 4 ans Marie, 3 ans Michel, 13 ans était absent lors du recensement parce qu'engagé pour trois ans chez Claude Robutel de St-André.

Ils s'établirent finalement sur la rue de la Capitale à Montréal.
Louis Marie décède à Montréal et inhumé le 2 décembre 1702.
Acte de sépulture 
Sa femme décède à l’Hôtel-Dieu de Québec et inhumée le 9 décembre 1720 à Montréal. Elle avait établit ses dernières volontés le 6 décembre 1720. 
Ménage établi au même endroit.  (11 enfants). 

(Tanguay, vol.1, p.34, 411;  Jetté, p.770; Drouin, vol.2, p.901; Dumas, p.248;  Landry, p.318;  Sulte, Hist., vol.5, p.67(2); ); R.M. Le régiment de Carignan, p.99; Basset 31 mai 1667; Reg. de Montréal 31 mai 1667, 12 avril 1668; Reg., de Québec, 22 août 1667; DBAQ, t.3, p.365-388; Langlois, p.404)
 

 oui
Jean
MOREAU
Jolicoeur Soldat

Jean Moreau :
 
D’origine inconnue. 
Arrivé le 17 août 1665
À la démobilisation des troupes en 1668, il reste au pays et va s’établir à Montréal.  On le qualifie de tailleur d’habits.
En 1670 et 1675 on le désigne comme témoin à divers mariages. Il contracte certaines obligations durant l’année 1677.


Il reçoit le scapulaire du Mont-Carmel le 27 septembre ou le 5 octobre 1665. 

Au recensement de 1681, il résidait à Montréal et il est dit avoir 40 ans Anne Vannesy ou Vanzegue d'après le recensement de 1681 cette femme est dite veuve  et elle habitait chez Jean Moreau avec ses 3 enfants : Anne 6 ans et Jean 3 ans et Jeanne 3 mois. 

Hubert Leroux l'époux de Anne Vansègue ou Phansèque décède le 12 octobre 1681 à Montréal.  Suite à ce décès, Jean Moreau reçoit la veuve et les enfants Leroux.  Donc aucune indication ne nous dit que Jean Moreau se soit marié.  Ne pas confondre avec Jean Moreau dit Lagrange.

Le 30 juin 1684, se préparant à partir pour la guerre, il fait don de tous ses biens, en cas de mort, au chirurgien Antoine Forestier.  Il faut croire qu’il revint de la guerre en bonne condition, puisqu’il dicte son testament devant le notaire Basset en date du 29 septembre 1687.  Il lègue 100 livres à la fabrique Notre-Dame de Montréal et un autre 100 livres aux pauvres de l’hôpital.  Son exécuteur testamentaire disposera le reste de ses biens comme bon lui semblera. 

Jean Moreau sera inhumé à Montréal le lendemain de la signature de son testament, le 30 septembre 1687 à Montréal 
Acte de sépulture 
 
(Tanguay, vol.1, p.441; Jetté, p.829; Dumas, p.311-12, Landry, p.376; Sulte, Hist., vol.5, p.68(3);  R.M. Le régiment de Carignan, p.100; Reg., de Montréal, 4 novembre 1670)
 

oui
Jacques
de MOULINS
Sallebrune Soldat    oui
Antoine 
PIGEAN
  Soldat

Pigean, Antoine :
Son nom avait été indiqué comme témoin à une obligation passée devant le notaire Basset en date du 21 juin 1667 entre les soldats Duceau et Fournier de cette compagnie.  Pour quelques raisons que ce soit, son nom a été rayé et remplacé par le témoin Isaac Nafrechou.  Aucun autre détail ne nous ai parvenu de ce soldat.
(Langlois, p.436)
 

non
François  POISSON   Soldat

Poisson, François :
Né à Névry ou Neuvy vers 1647.  Il a été trouvé mort par le froid à la chasse. 
Inhumé à Montréal le 8 mars 1667. 
Acte de sépulture 
 
(Jetté, p.932 ; R.M., Le régiment de Carignan, p.81; Doc. Jud. 5 mars 1667; Langlois, p.439)

 

mort
Guillaume  RICHARD
La Fleur
 
Soldat 

Richard dit La fleur, Guillaume :
Né vers 1638, de Jean Richard, marchand de blé, et d'Anne Meusnier, de Saint-Léger ( 17800 ), évêché de Saintes ( 17100 ) en Saintonge (Charente-Maritime). 

Il fut confirmé  à Québec le 25 septembre 1665 et reçoit le scapulaire le même jour, âgé de 26 ans. Il demeure au pays en 1668 et continue à servir comme soldat.  Il participe à l’expédition de Frontenac au lac Ontario en 1673 et demeure à Cataracoui en tant que commandant de la place jusqu’en 1674. Revenu à Montréal, il est nommé sergent de la garnison.

Il prend pour épouse en date du 26 novembre 1675 (Cont. 24, Not. Basset), Agnès Tessier, baptisée le 23 mars 1659 à Montréal.  Elle était la fille d'Urbain Tessier dit Lavigne et de Marie Archambault.  Voir acte de mariage

Il devint lieutenant de milice à la Pointe-aux-Trembles en 1688 et en 1690,sous les ordres du Commandant De Colombet, ayant tendu une embuscade aux iroquois, il fut tué avec d'autres compagnons lors de cette bataille au Bout de l’Île de Montréal le 2 juillet 1690, près de la coulée de Jean Grou. Cette bataille est aussi appelée " Le combat de la Rivière des Prairies" .  Lui et ses compagnons furent enterrés à la hâte sur le lieu même, de peur que les Iroquois reviennent pour les scalper. 
Leurs restes furent exhumés pour être inhumés de nouveau au cimetière de la Pointe-aux-Trembles le 2 novembre 1694. 
Acte de sépulture 

Ménage établi à la Pointe-aux-Trembles.  (9 enfants). 
1) Agnès : baptisée le 23 août 1676 (Montréal). En 1703, elle épouse Jean Moreau.
2) Pierre : baptisé le 8 août 1678 Pointe-aux-Trembles
3) Guillaume : baptisé le 29 février 1680 Pointe-aux-Trembles.
4) Jean-Baptiste :  baptisé le 19 mars 1682 Pointe-aux-Trembles. Jean-Baptiste était interprète.
5) Marguerite : née vers 1685 (Pointe-aux-Trembles). Elle épouse Jean Bonnet en 1705.
6) Claude:  baptisé le 30 janvier 1684 Pointe-aux-Trembles.
7) Marie-Anne, baptisée le 1er avril 1686 Pointe-aux-Trembles.
8) Marie-Madeleine : baptisée le 14 ou 15 mars 1688 Pointe-aux-Trembles.
9) Urbain : baptisé le 25 mars 1690 Pointe-aux-Trembles.

Étant devenue veuve en 1690, elle se remaria en date du 21 novembre 1692 à Montréal (Cont. 16 novembre 1692, sous seing privé, A.N.Q.M.), avec Claude Ducongé ou Descongés dit Lafortune, d'origine inconnue.  Son deuxième mari décède à Hôtel-Dieu et inhumé le 3 septembre 1729 à Montréal.  Ménage établi à la Pointe-aux-Trembles.  (5 enfants).
  
(Tanguay, vol.1, p.516, 285 voir note, 208; Jetté p.982, 1066, et 375; Drouin, vol.2, p.1150, vol.1, p.439; R.M. Le régiment de Carignan, p.99; Sulte, Hist., vol.5, p.67(1);  H.C.Burleigh, D.B.C., vol.1, p.586-87; DBAQ, t4, p.246; Langlois, p.452)
( Mémoires de la société de généalogie Canadienne-Française, vol 41, n°2 été 1990 , pages 107 à 123; Le Combat de la coulée Grou écrit par Jean Joly )
 

 oui
Pierre 
RIVIÈRE
La Rivière Soldat

Rivière dit La Rivière, Pierre :
 Il est le fils de Jean Rivière et de Louise Caillaude, de Les Sables d’Olonne, évêché de Luçon au Poitou (Vendée). 
Il reste au pays en 1668. Il obtient une terre à l’Île Sainte-Thérèse en 1670. 

Il prend pour épouse en date du 23 avril 1680 à Repentigny, (Contrat sous seing privé à Montréal le 22 avril 1680), Marie-Anne Mousseau, baptisée à Montréal le 8 novembre 1661.  Elle était la fille de Jacques Mousseau et de Marguerite Sauviot.  Elle était aussi veuve d’un premier mariage avec Jean Bleau en date du 28 septembre 1676 à La Pérade. 

Au recensement de 1681, il habite à Repentigny et possède un fusil, quatre bêtes à cornes et huit arpents de terre en valeur.  Pierre Rivière décède à Repentigny le 9 mai 1700 et inhumé le lendemain.
Acte de sépulture 
Ménage établi à Repentigny (10 enfants).

(Tanguay, vol.1, p.520; Jetté, p.991,115; Drouin, vol.2, p.1163, vol.1, p.125; Sulte, Hist., vol.5, p. Langlois, p.453-454 )
 

oui
François 
SALUET
de Montlieu
 
  Soldat Saluet de Montlieu, François :
Âgé de 27 ans, noyé en se baignant.  Son corps fut retrouvé huit jours plus tard et inhumé à Montréal le 24 juin 1666 
 Acte de sépulture 
 
 Noyé
Charles TAILLANDIER   Soldat

Taillandier sieur de La Brosse, Charles :
 Originaire de Varigny en Nivernais.  Nous ne connaissons pas sa filiation.  Il est témoin à l’abjuration de Jean Harcouet à l’hôpital de Québec le 19 septembre 1665.  Il est aussi témoin au contrat de mariage de Gilbert Guillemin dit Saint-Villard et de Marie Demers devant le notaire Basset le 22 janvier 1668.
(Langlois, p.477)
 

non
  La Vau Soldat Tué par les Iroquois l08/06/1666, enterré le 20/06/1666
 Acte de sépulture 
 
Tué
         

haut de page