Accueil     Accueil du Régiment Histoire du Régiment
Annotations complémentaires
 
Marsal
 
Les Filles du Roy
Filles à Marier Régiment à Fort Barraux Index du Régiment
 
Les Potins du Régiments
 
Actes Soldats Régiment
 
Louis XIV et
La N. France

 
Louis XIV La Guerre de 7 ans Le 47ème Régiment d' Infanterie
Ce régiment semble bien être l' héritier du Régiment de Carignan-Salières.
 Régiment de Lorraine Régiment de Monsieur INDEX MARIAGES FILLES DU ROY
Baron de St Castin Biographie Abbadie/Maslacq
Biographie Bertrand II d' Abbadie Biographie Jean-Pierre d' Abbadie    
 
Navires
du Régiment

 
Etat-major
 
Cie 
Berthier
Cie
La Brisardière
Cie
La Colonelle

 
Cie
Contrecœur

 
Cie 
Dugué

 
Cie
La Durantaye

 
Cie
Dupras

 
Cie
de Chambly
Cie
La Fouille
Cie
La Frédière

 
Cie 
Froment

 
Cie
Grandfontaine
Cie
Laubias

 
  Cie
Monteil

 
Cie
Maximy

 
Cie
La Motte

 
Cie Naurois
 
Cie
Louis Petit
Cie  Rougemont
 
Cie de Saurel
 
Cie
Salières

 
 Cie
St-Ours
Cie
La Tour
Cie
de Varenne
s

 

Gardes
de Tracy

 
                                                                                                                                                                                                     Mise à jour du 13 Mars 2014
                                                                                         Compagnie La Tour 

Embarquée à bord du Vieux Siméon de Dunkerdam Départ de la Rochelle le 19/04/1665  et Arrivée à Québec le 19/06/1665
(selon le Viateur Boulet et  Bosher)
Tous les soldats sont en bonne santés. Sources: " Relation de ce qui s'est passé en N F des années 1665 courrier envoyé par le révérend père François le Mercier au révérend père Jacques Bordier Provincial de la compagnie de Jésus en la Province de France" ; Courrier de Jean Talon et Registre des pères jésuites.

  
Nous retrouvons trace de cette compagnie en 1725, toujours en Nouvelle France; avec bien entendu, un autre Capitaine et d' autres soldats.
Source:
registre de la paroisse Notre-Dame de Québec 

Haut de page

Noms et Prénoms Surnoms Grades Annotations  Resté en Nouvelle-France après 1668
Jean  Escande de la Tour   Capitaine

JEAN ESCANDE, Sieur de LATOUR: Capitaine  (Non établis au Canada)
Le capitaine La tour et ses soldats part pour le Richelieu le 23 juillet 1665. 
Il contribue à la construction du fort de Chambly où sa compagnie passera le reste de leur séjour au pays. 
Avant de quitter Québec pour Chambly, le capitaine Latour donne aux Jésuites de Québec, son jeune tambour François Moussart, afin que les Jésuites l’aident à devenir musicien et de le faire étudier. 
Avant de retourner en France, il est témoin le 16 octobre 1668 à Québec, au contrat de mariage de son sergent de la compagnie Léonard Tresny.

(Langlois, p.323-324)

non
Jean  Martinet
 Sieur de Fontblanche
  Chirurgien

Jean Martinet dit Font Blanche,: Chirurgien
Né vers 1645 de Paul Martinet, marchand et de Catherine Ducas, de Saint-Paul du Moutiers-Saint-Jean, arrondissement de Montbard, évêché de Langres en Bourgogne (Côte-d'Or).
Il fût confirmé au fort Chambly le 20 mai 1668 et décide de rester au pay au départ de la compagnie pour la France. 
Il prend pour épouse en date du 14 juillet 1670 à Montréal (Cont. 13 juillet 1670, Not. Basset), Marguerite Prudhomme, née le 15 et baptisée le 16 mars 1656 à Montréal. 
Elle n'avait que 14 ans.  Elle était la fille de Louis Prudhomme, brasseur et capitaine de milice et de Roberte Gadois. 
Jean Martinet était chirurgien à l'hôpital Hôtel-Dieu de Montréal et décède le 7 et inhumé le 8 novembre 1701 à Montréal. 
Ménage établi au même endroit.  (2 enfants). 

Devenue veuve, elle se remarie le 23 janvier 1703 à Montréal (Cont. 22 janvier 1703, Not. Adhémar), avec Jean Latour, sieur de Foucault, fils de Gabriel Latour, sieur de Mouzin, et de Marguerite Payen, de Mouzens, arrondissement de Castres, évêché de Lavaur au Languedoc (Torn). 
Marguerite Prudhomme fut inhumée le 3 septembre 1725 à Montréal. 
Ménage établi au même endroit.  (Aucun enfant). 

Devenu veuf à son tour, Jean Latour se remaria avec Jeanne Tailhandier le 11 février 1730 à Montréal.  Elle était la veuve de Jean-Baptiste Tétreau.
 
(Tanguay vol.1, p.418;  Jetté, p.784, 951, 660-661;  Drouin, vol.2, p.917, 772; Charles-M. Boissonnault, D.B.C., vol.2, p.485-486;  Sulte, Hist. vol.5, p.69(1);  B.R.H. 1909, p.144;  Langlois, p.405-406)

oui
Roland de la Fons   Enseigne   non
Léonard  Tresny La Verdure Caporal
Puis
Sergent

Léonard Tresny dit Laverdure: Sergent 
Né en 1639 ou 1642, il était le fils de feu Jean Tresny et de Marie Truffi de Saint-Jean de la Chaise, arrondissement de Cognac, évêché de Saintes en Saintonge (Charente).
On le dit caporal en 1667 dans un document de la Prévôté de Québec et monta au grade de sergent par la suite. 
Marié le 22 octobre 1668 à Québec (Cont. 16 octobre 1668, Not. Gilles Rageot) avec Jeanne Richer, de La Rochelle, veuve de Jean Bonnard dit Lafortune, du même endroit, pour son premier mariage. 
Elle décède le 8 et inhumée le 9 novembre 1684 à l'Ange-Gardien.  (Aucun enfant). 

Il prend en seconde noce, le 5 mars 1685 à Charlesbourg (Cont. 23 février 1685, Not. Gilles Rageot),  Marie-Anne Duhault, baptisée le 9 janvier 1670 à Québec, de Jacques Duhaut dit Paris, archer du Grand Prévost de la Maréchaussé de Québec, et de Marie Le Moyne de Saint-Martin, évêché de Chartres. 
Marie-Anne Duhaut sera inhumée le 12 décembre 1702 à Québec. 
Léonard Tresny décède à Québec le 25 et inhumé le 26 juillet 1714 à Québec. 
Ménage établi au même endroit.  (5 enfants). 


(Tanguay, vol.1, p.572, 66, 210; Jetté, p.1091, 128; Drouin, vol.2, p.1299;  Sulte, Hist. v.5, p.54(3);  B.R.H. 1909, p.183;  Not.
Filion, 7 juillet 1667 ;  R.M. p.78;    Langlois, p.483 )

oui
Pierre  Payet St Amour Caporal 

Pierre Payet dit Saint-Amour,:  caporal. 
Né vers 1641 de Pierre Payette et de Marie Martin, de Sainte-Florence, arrondissement de Libourne, archevêché de Bordeaux en Gascogne (Gironde).  
Il fût confirmé à Québec le 24 août 1665 à l’âge de vingt-trois ans. 
Il fut plus tard caporal de la Cie La Motte à Montréal.
Au départ des troupes à l’automne 1668, il reste au pays. Il prend pour épouse, Louise Tessier le 23 novembre 1671 à Montréal (Cont. 22 novembre 1671, Not. Basset).  Elle était la fille d'Urbain Tessier dit Lavigne et de Marie Archambault, baptisée le 26 mars 1657 à Montréal. 
Il participe à la bataille dite " combat de La rivière des prairies " contre les Iroquois, avec 25 de ses compagnons et fut fait prisonnier
le 2 juillet 1690, dans l'attaque du fort de la Coulée, une lieue plus bas que l'église de la Pointe-aux-Trembles de Montréal .  Ayant obtenu sa liberté, il revint à la Pointe aux Trembles de Montréal dans le cours de l'année 1693. Il était parti âgé de 49ans et était père de 8 enfants dont 7 vivant.
 Note: Au baptême de son fils Claude en date du 9 janvier 1691, l'enfant est dit posthume, parce que l'on supposait que le père avait été massacré par les Oneyouths de la tribu Iroquoise.
Après son retour en 1693, il eut 5 autres enfants, au total 12 de ses enfants se marièrent
Pierre Payet fut inhumé le 25 janvier 1719 à la Pointe-aux-Trembles de Montréal. 

Ménage établi au même endroit. (14 enfants). 

1)-Marie-Madeleine mariée avec Nicolas Gervaise en 1693
2)-Guillaume
marié avec Geneviève Ménard en 1700
3)-Philippe
marié avec Denise Gauthier en 1700
4)-Marguerite
mariée avec Pierre Couturier en 1700
5)-Louise
mariée avec Nicolas-Antoine Boyer en 1704
6)-Pierre
marié avec Catherine Demers en 1708
7)-Jean
marié avec Thérèse Poirier en 1710
8)-Marie-Anne
mariée avec Pierre Larrivé en 1718
9)-Claude
marié avec Marie-Louise Pépin en 1719
10)-Jacques
marié avec Michelle Deniau en 1719
11)-François
marié avec Françoise Beaudoin en 1722
12)-Nicolas
marié avec Angélique Larrivé en 1723
13)-
14)-
 
(Tanguay: vol.1, p.469;  Jetté, p.884, 1066;  Drouin, vol.2, p.1037;  Sulte, Hist. vol.5, p.67(1);  Reg. de Trois-Rivières 1665 ;  R.M. p.78;  DBAQ, t4, p.82;  Langlois, p.427-428) 
( Mémoires de la société de généalogie Canadienne-Française, vol 41, n°2 été 1990 , pages 107 à 123; Le Combat de la coulée Grou écrit par Jean Joly )

oui
François  Moussart   Tambour

François Moussard, :  Tambour
Natif de Ennelat proche de Clermont Ferrand; 63000; Puy de Dôme, en auvergne,
Agé de 19 ans. Il est un excellent musicien  et le capitaine espère que les pères Jésuites lui offrirons gite et couvert ainsi que les études appropriées.
Il restera donc avec les pères Jésuites.
sources: Registre R . P Jésuites

oui
Blaise  Belleau La rose Soldat Blaise  Belleau
Il nait vers 1650 à Queyssac, 24140, Dordogne, Aquitaine. (Périgord)
Fils de François Belleau dit Larose et Marguerite Crevier.
Il est confirmé le 15 août 1670 à Québec,
Il vit en 1673 à Bellechasse.
Hélène Calais et Blaise Belleau dit LaRose signent un contrat de mariage le 17 septembre 1673 par devant Romain Becquet
Mariage avec Hélène Calais en date du 25/09/1673 à Notre Dame de Québec.
Elle est la fille de Pierre Calais et Marie Fosse. Elle nait vers 1656 à Saint-Sulpice, Saint-Germain-des-Prés, Paris, Ile de France.

Au recensement de 1681; Blaise Belleau dit LaRose, Hélène Calais, ils avaient alors 2enfants Jean-Baptiste Belleau dit Larose et Marie-Madeleine Belleau. Ils vivaient à la haute ville, de Québec, Le couple possédait un fusil
.
Il est malade à l' âge de 40 ans; le premier décembre 1689 il est à hôpital Hôtel-Dieu, Québec. Il décède avant 1722 à Sainte-Foy.
Couple avec 10 enfants
1)-Anonyme, 1674/1674.
2)-Marie-Gabrielle, 1675/1681.
3)-Marie-Madeleine, 1677/1711.
4)-Jean-Baptiste, 1680/1754.
5)-Guillaume, 1682/1699.
6)-Blaise, 1685/-
7)-Guillaume, -/1759
8)-Pierre, 1690/1755.
9)-Joseph, 1699/1699.
10)-Angélique, 1702/-

 
oui
Jean  Bessey / Besset Brisetout Soldat

Besset dit Brisetout, Jean: (appelé aussi Bellestre)
Né vers 1642 , de la ville de Cahors,46000; Lot; Midi-Pyrénées (Quercy) . 
Il fut confirmé au fort Chambly le 20 mai 1668. Nous ne connaissons pas le nom de ses parents. 
Il prend pour épouse le 3 juillet 1668 au fort de Chambly (Cont. 3 juillet 1668, Not. Adhémar),  Anne Le Seigneur, fille de feu Guillaume Le Seigneur et de Madeleine Sauvé, de la paroisse Saint-Maclou, Ville de Rouen; 76000; Seine-Maritime; Haute Normandie.  Elle fut baptisée au même endroit, le 1er mars 1649. 
Tanguay écrit par erreur que les parents de cette fille, étaient Jean Seigneur et Jeanne Godaillon. 
Jean Besset décède à Chambly le 5 janvier 1707. 
Son épouse décède le 4 juillet 1733 au même endroit.
Ménage établi à Chambly. (10 enfants)

(Tanguay, vol.1, p.49, 546;  Jetté, p.97;  Dumas, p.333;  Landry, p.370;  Sulte, Hist. vol.5, p.74(2);  Sulte et Malchelosse: Le Fort de Chambly, p.21 et 53;  Not.Adhémar 3 juillet 1668 et 14 octobre 1673;  DBAQ, t1, p.181;  Langlois, p.230-231)

oui
René  Breton Le Breton Soldat

 Breton dit Le Breton, René:  Né vers 1641, de Mathieu Breton et de Michelle Girard, de la ville et arrondissement Les Sables-d'Olonne, évêché de Luçon au Poitou (Vendée).  Il fut confirmé le 24 août 1664 à Québec, âgé de 20 ans.  Il prend pour épouse en date du 6 novembre 1668 à Québec (Cont. 3 novembre 1668, Not. Duquet), Charlotte De Chavigny, baptisée le 17 février 1647 à Québec.  Elle était la fille de François De Chavigny, Sieur de Berchereau, noble de Créancé en Champagne, et de Éléonore De Grandmaison.  René Le Breton décède avant le 2 septembre 1709, puisque Charlotte De Chavigny se remarie à cette date.  Elle prend pour second mari, Jean Girou ou Giron à Québec, tailleur d'habit, fils de Jean et d' Anne Renaut, de Saint-Jean d'Angély, évêché de Saintes en Saintonge (Charente).  Il était veuf de Madeleine Des Charlets d'un premier mariage en date du 3 septembre 1668 à Québec.  Ménage établi à Charlesbourg.  Aucun enfant. 
(Tanguay, vol.1, p.88, 163, 270;  Jetté, p.168, 243, 502;  Drouin, vol.1, p.185;  Sulte, Hist. vol.5, p.82(3));  Langlois, p.144)

oui
Jean Castineau / Coquineau/Coquinot Maison  Blanche Soldat

 Castineau dit Maisonblanche, Jean : 
Fils de Jean Castineau  maître tailleur d’habits et de Marie Sir, de Fontenay-le-Comte au Poitou (Vendée). 
Il prend pour épouse le 3 novembre 1671 (Cont. 2 novembre, Not. Becquet) à Québec, Jeanne-Marie De
Guesnel, fille de feu Charles De Guesnel, sieur de La Rozière et de Marguerite Houssaye, 
de Autheux, 80600; Somme; Picardie.
Elle était aussi fille du roi, apportant des biens estimés à 400 livres et un don du roi de 50 livres.  
Nous ignorons la date de leur décès. 
Ménage établi à Bécancour.  (Aucun enfant)

(Tanguay, vol.1, p.107, 138;  Jetté, p.207; Drouin, vol.1, p.230;  Dumas, p. 217, 220;  Landry, p.299;  Sulte, Hist., vol.5, p.75(2);  Langlois, p.282-283)

oui
Aufray  Coulon Mabrian Soldat

Coulon dit Mabrian, Aufray:
Né vers 1640 de Jean Coulon et de Marie Pibelain, de La Chapelle-Baton,
79220 ou 86250; arrondissement de Saint-Jean-d'Angély, évêché de Saintes en Saintonge (Charente-Maritime).  Il fut confirmé le 10 mai 1669 à Chambly. 
Un contrat de mariage en date du 28 août 1670, (Not. Becquet), a été annulé avec Marie Halay, fille de feu Pierre Halay et de Marie Veley, de la ville de Chartres en Beauce.  Un an plus tard, il prend pour épouse en date du 13 octobre 1671 à Québec (Cont. 11 octobre, Not. Becquet), Françoise Tierce, fille de Guillaume Tierce et de Catherine Toué ou Touet, de Saint-Sulpice, 6ème arrondissement de Paris en Île-de-France. 
Fille du roi, elle apporta des biens estimés à 200 livres et un don royal de 50 livres. 
Auffray Coulon est inhumé le 30 mars 1677 à Sorel. 
Ménage établi à Chambly.  (2 enfants). 

Françoise Tierce, prend pour son deuxième mari en date du 2 mai 1677 à Sorel (Cont. 2 septembre 1678, Not. Maugue), Pierre Guignard dit d'Olonne, chirurgien à Québec,  fils de Charles Guignard, jardinier, et de Jacquette Coindrelle, du village de La Barre, paroisse Notre-Dame-de-Monts, arrondissement Les Sables-d'Olonne, évêché de Luçon au Poitou (Vendée). 
Guignard décède entre le 30 décembre 1689 et le 24 novembre 1702 à Lavaltrie. 
Ménage établi au même endroit.  (6 enfants). 

En troisième noce, Françoise Tierce se remarie avec Pierre Vigne ou Vigny dit Toulouse en date du 8 février 1703 à Repentigny (Cont. 24 novembre 1702, Not. Adhémar). 
Il était le fils de Pierre et de Marie Defosses, de Saint-Germain, ville, arrondissement et archevêché de Toulouse au Languedoc (Haute-Garonne). 
Son troisième mari décède après le 30 novembre 1718 à Berthier-en-Haut. 
Elle décède à Berthier et inhumée le 20 avril 1724 à Sorel. 
Ménage établi au même endroit.  (Aucun enfant). 

(Tanguay vol.1, p.144, 289, 568, vol.7, p.487;  Jetté, p.282, 540, 1127;  Drouin, vol.1, p.313, 627, 1341;  Dumas, p.339, 256;  Landry, p.373-374;  Sulte, Hist. vol.5, p.65(1);  Reg.de Québec, 13 octobre 1671; Not. Pierre Mesnard 14 sept. 1689; DBAQ, t1, p.471;  Langlois, p.284)

oui
Antoine  Dupré Dupré de Rochefort Soldat

Dupré dit Rochefort, Antoine :
 
Fils de Jean Dupré et de Clodine La Haye, de St-Saflorin, (Clodine De Loy de St-Symphorien pour Tanguay et Drouin) arch. de Lyon en Lyonnais.
Il reçoit le scapulaire du Mont-Carmel à Québec le 19 juillet 1665. La compagnie s’installe à Sorel quelques jours, et sur le Richelieu par la suite.
Au départ des troupes pour la France à l’automne 1668, il choisi de rester au pays et va s’établir à Boucherville, seigneurie Du Tremblay.
Il prend pour épouse le 28 avril 1681 à Boucherville (Cont. 15 février, Not.Bourdon), Élisabeth Valiquet, baptisée à Montréal le 27 avril 1665, fille de Jean Valiquet et de Renée Loppé. 
Antoine Dupré décède à Boucherville le 19 septembre 1689 et inhumé le lendemain.
Ménage établi à Boucherville. (5 enfants). 

Devenue veuve, elle épouse en seconde noce à Boucherville le 13 mars 1690, (Cont. 18 déc.1689, Not.Moreau) Jean Ménard dit Larose, fils de Jacques Ménard dit Lafontaine et de Catherine Fortier. 
Jean Ménard décède le 7 et est inhumé le 8 mai 1702 à Montréal.  (6 enfants) 

Redevenue veuve, elle prend pour troisième mari en date du 22 juillet 1703 à Boucherville, (Cont. 18 juillet. Not Bourdon), Charles François, fils de Pierre François et de Madeleine Gaumond.  (3 enfants) 
Nous ignorons la date du décès d’Élisabeth Valiquet.

(Tanguay, vol.1, p.217, 423;  Jetté, p.389, 795, 441;  Drouin, vol.1, p.460, vol.2, p.933;   Sulte, Hist., 5, p.72(1);  DBAQ, t2, p.160;  Langlois, p.318)

oui
Guillaume  Guillot Larose Soldat

Guillot dit Larose, Guillaume : 
 
Fils d’Abraham Guillot et de Jeanne Dorcis, de la paroisse d’Allemand-du-Dropt, évêché d’Agen en Guyenne (Lot-et-Garonne). 
Il fût confirmé au fort de Chambly le 20 mai 1669. 
Il s’établira à la Basse-Ville de Québec, pour y pratiquer son métier de boucher. 
Il prend pour épouse en date du 23 novembre 1676 (Cont. 10 août, Not. Rageot), Geneviève Trépanier, née à Québec le 3 décembre 1660, fille de Romain Trépanier et de Geneviève Drouin du même endroit. 
En 1697, il part pour la France. Il décède en France. Sa femme apprend son décès à l’été 1700. 
Ménage établi à Québec. (9 enfants). 

Devenue veuve, elle prend en seconde noce à Québec, Louis Bardet dit Lafleur, le 3 novembre 1700, fils de Pierre Bardet et de Françoise Sabouron de St-Séverin, diocèse d’Angoulême, en Angoumois. 
Geneviève Trépanier fût inhumé le 11 janvier 1711 à Québec.

(Tanguay, vol.1, p.292; Jetté, p.545, 47;  Drouin, vol.1, p.632, 48; Sulte, Hist., 5, p.55(1);  DBAQ, t2, p.421-422;   Langlois, p.355-356)

oui
Martinet  Jean Fonblanche Soldat / Chirurgien Martinet  Jean
Fils de Paul Martinet et Catherine Ducas.
Il nait vers 1645 à Saint-Paul-du-Moustier, Langres, 52200, Haute-Marne; Champagne-Ardenne.
Il est chirurgien en 1670 à Montréal.
Marié le 14/07/1670 à Montréal avec Marguerite Prudhomme. Fille de Louis Prudhomme et Roberte Gadois.

Le Sieur Jean Martinet de Fonblanche promet d'enseigner dans l'espace de trois ans et demi l'art de la chirurgie et tout ce dont il d'occupait relatif à cette profession" à Paul Prud'homme le 15 janvier 1674 par devant Sieur Bénigne Basset des Lauriers.

Le Sieur Jean Martinet de Fonblanche, Marguerite Prud'homme, et leurs enfants Françoise Martinet et Jean Martinet vivaient en septembre 1681 à Montréal, le couple possédait un fusil, une vache et trente arpents de terre en valeur .

Couple avec 2 enfants
1)-Jean, 1678/1687.
2)-Françoise,1681/1687.
 

oui
Bernard  Mercier La Fontaine Soldat

Mercier dit La Fontaine, Bernard: 
 Né vers 1645, originaire du Languedoc.  Nous ne connaissons pas le nom de ses parents. Il sera versé dans la compagnie La Mothe au départ du régiment en 1668. Il s’établit à Lachenaie et au recensement de 1681, il avait 30 ans, possédait un fusil, et 8 arpents en valeur.  Le 6 juin 1694, il est hospitalisé à l’Hôtel-Dieu de Québec.  Il décède le 10 et inhumé le 11 août 1703 à Lachenaie. 
(Tanguay, vol.1, p.425;  Jetté, p.798;  Sulte, Hist. vol.5, p.65(3);  Reg. de Montréal, 17 novembre 1670;  Roy et Malchelosse, p.98;  Langlois, p.410)

oui
Pageot  Pierre Champagne Soldat Inhumé le 04/09/1725 en la paroisse Notre Dame de Québec.  
Charles  Paquet Le Picart Soldat

Paquet dit Le Picart, Charles :  À son arrivé en 1665, c’est au fort Chambly que séjourna sa compagnie jusqu’au départ de celle-ci en 1668.  Il resta au pays et reçue une terre du sieur de Chambly en octobre 1673.  Il y habitait déjà depuis quelques années.  Nous perdons sa trace par la suite.
(Langlois, p.424)

oui
Jean de Paris Champagne Soldat

De Paris dit Champagne, Jean :
 
Fils de Jean De Paris et de Marie-Anne de Lamotte, du bourg de Coignat, diocèse de Bayonne en Gascogne (Pyrénées-Atlantiques).  Au départ des troupes en 1668, il décide de rester au pays et s’établit à Chambly.  Il prend pour épouse en octobre 1671 à Chambly, Marie Lefebvre, fille de Barthélémy Lefebvre et de Marie Banin, de Pont-St-Maxence, év. Beauvais, en Picardie (ar. Senlis). Elle était une fille du roi, apportant des biens estimés à 300 livres et un don du roi de 50 livres. Ce couple a contracté mariage devant le notaire Becquet en date du 6 octobre 1672.  Il décède avant le 3 juillet 1690.  (Aucun enfant).  Devenue veuve, elle signe un contrat de mariage avec Nicolas Dubray dit Laplume de Boucherville le 1ier octobre 1690 devant le notaire Adhémar, mais ce contrat n’a pas eu de suite.  Elle prend pour troisième mari, le 3 novembre 1693 (Cont. 25 octobre, Not. Adhémar) à Pointe-aux-Tremble de Montréal, Joachim Reguindeau veuf de Madeleine Hanneton.  Ce dernier décède le 6 mars 1714 à Boucherville.  Marie Lefebvre décède le 29 août 1730 au même endroit. Ménage établi à Boucherville, (Aucun enfant)
(Tanguay, vol.1, aucune mention;     Jetté, p.879;  Drouin, vol.1, p.1140;  Dumas, p.277;  Landry, p.337;  Sulte, Hist., 5, p.74(2);  Langlois, p.296)

oui
Michel  Pothier L' Angevin Soldat Ce Soldat était déjà au Canada en 1664 donc pas du régiment
Pothier dit Langevin, Michel:  Né vers 1643, d'Anjou.  Nous ne connaissons pas le nom de ses parents.  Il pratiquait le métier de taillandier et d'armurier au recensement de 1681.  Il prend pour épouse vers 1672 dans la région du Richelieu (Dumas), ou vers 1676 à Sorel (Jetté et Landry), Jeanne Rigault, fille d'André Rigault et de Françoise Perrin, de la paroisse de Saint-Eustache, ville et archevêché de Paris, Île-de-France.  Cette fille apporta des biens estimés à 300 livres et un don royal de 50 livres, inscrit au contrat de mariage du 14 octobre 1671 (Not. Becquet), qui a été annulé avec Jean Réal.  Elle a eu un enfant illégitime (Marie-Jacquette) née le 20 février 1690 à Champlain avec le soldat Lafranchise, d'origine inconnue.  Michel Pottier décède entre le 27 septembre 1688 et le 6 mars 1698 à Champlain.  Jeanne Rigault décède entre le 20 février 1690 et le 6 mars 1698 au même endroit.  Ménage établi à Champlain.  6 enfants. 
(Tanguay, vol.1, p.491, 495, 337;  Jetté, p.930, 629;  Dumas, p.326;  Landry, p.364;  Sulte, Hist. vol.5, p.69(1);  Doc. jud. 2 juin 1672;  ;   Roy et Malchelosse, p.98;  Langlois, p.146)
oui
  L' Irlande Soldat   oui
         
 

haut de page