ACCUEIL Les FEMMES de NOUVELLE-FRANCE FILLES DU ROY RÉGIMENT CARIGNAN BASE DE DONNÉES
 

Rose-Monmainier
 
Rose(Rozé)-Monmainier(Montmigny)
par Gilles Tremblay

Gilles TREMBLAY

 

 

Requeste de Marie Monmainier du 11 octobre 1688
source : TP1S28P3689

 

Transcription effectuée par Yvon Blanchard
Chef paléographe à la SGCF
 

 
 

M. de Vitré est rentré

et a pris sceance.

 

 

Veu la requestre presentée en ce Conseil par Marie Mommonier femme de

François Dumas de luy authorisée, auparavant resue de Noel Roye

               +contenant qu a cause de la communauté qui estoit entre ledit deffunt et elle,+

           elle est proprietaire

de la moitié par indivise d’une maison et emplacement en cette haute ville prez

les Religieuses Ursulines, qu elle desiroit vendre affin de se servir des deniers

provenant du prix pour s en aller en France et emmener avec elle François Roye

agé de quatre ans, et Marie Roye agée d’environ trois ans; laissant en ce pays

Marie Roye agée d environ vingt deux ans mariée à Jean Turcot, Piere Roye agé

 

                                   [page suivante]

 

de vingt ans, autre Piere agé de quinze ans, Nicolas agé de douze ans, Charles

agé d environ dix ans, et Françoise agée de douze ans tous en service et en estat

de gagner leur vie, estant par sa pauvreté dans la necessité de faire ladite vente, ne

pouvant subsiter en ce pays. Laquelle vente ne se peut faire estant remariée

si la Cour n’a pour agreable de l’autoriser a ce faire. Et mesme de vendre le total

desdits maison et emplacement par ce qu’jl ne se trouveroit pas de personne qui voulait

achepter ladite moytié ne pouvant seule accomoder qui que ce soit, aux offres de faire

cette vente a la charge par l’acquereur de payer aux Religieuses Hospitalieres six

livres de rente dont ledit emplacement est chargé par années envers elles. Et de laisser

a rente en mains de l’acquereur la moytié du prix pour lesdits huit enfans issus dudit

Noel Roye et d’elle jusqu a ce qu’jls soient majeurs. A ces causes et qu autrement

elle et ses dits deux enfans François et Marie premiers nommez cy devant demeureroient

a charge au pays. Il plut au Conseil luy permettre sous l autorité de son dit mary

de vendre le total desdits maison et emplacement aux conditions cy dessus. Et

dire que moyennant ce l’acquereur en demeurera paisible +propriétaire et+ posseseur sans qu’jl y

puisse estre troublé par lesdits mineurs. Qu en faisant ledit François Dumas et elle

seroient en estat de se retirer prez de leurs parens en France pour en estre secourus

et jouir de quelque peu de bien qu’jls y ont. Au bas de laquelle requeste est le soit

montré au procureur du Roy, en datte du onze de ce mois. Et sur ce ouy

ledit procureur general. Le Conseil a promis et promet a ladite Marie Mommonier

estant autorisé dudit Dumas son mary, de vendre seulement sa part en ladite

maison et emplacement en dependant pour en employer les deniers du prix ainsy

qu’jl est exposé en ladite requeste./.   Bochart Champigny

Transcription 10.2010